Impair(e)

Au plafond de la libellule Un enfant fou s'est pendu

samedi 30 juillet 2011

Frühling dalmatien

DSC_0205_fruhling

Posté par Impair à 11:23 - Illustrer - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 21 juin 2011

Pourquoi tu pleures ?

Et si les arbres se meurent

Allons couper du bois

Pas la forme - Benjamin Biolay (Pourquoi tu pleures ?)

Posté par Impair à 11:30 - Musique - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 20 juin 2011

Coeur de chewing gum

Si j'avais le coeur dur comme de la pierre, j'embrasserais tous les garçons de la terre

mais moi j'ai le coeur comme du chewing gum, tu me goutes et je te colle

Coeur de chewing gum - Brigitte

Posté par Impair à 21:24 - Musique - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 juin 2011

Pouik pouik

02_08_DSC_0074

Posté par Impair à 16:15 - Illustrer - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 11 juin 2011

Axolotl

Axolotl-2-640x415

Axolotl-1
source

Si un jour j'ai un aquarium, ce sera pour ces petites bestioles.

Plein d'infos sur le site Axolotl-Passion

Posté par Impair à 18:56 - Illustrer - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 5 juin 2011

Un roman russe - Emmanuel Carrère

Son visage aussi est sombre, et sa voix sourde. Il parle de sa vie à sa petite fille, avec colère et avec honte. Il a échoué en tout, il est un raté. Il est intelligent, pourtant, cultivé, il a étudié la philosophie dans des universités allemandes, il lit des livres ardus, il parle couramment cinq langues, et tout cela ne lui sert à rien, au contraire l'enfonce encore plus. Ses frères se sont débrouillés, eux. Ils sont ingénieurs tous les deux, ils ont des diplômes qui valent quelque chose, des postes dans des entreprises solides, ils n'ont pas de problèmes pour faire vivre leurs familles. Ce sont des types raisonnables, des types fiables. Pas des génies, c'est sûr. Lui était différent. Le plus doué, le plus brillant, tout le monde était d'accord là-dessus, et malgré cela ou probablement à cause de cela il n'est arrivé à rien. Dans la société française, il n'est personne. Personne. Littéralement, il n'existe pas. Un ticket de métro usagé, un crachat par terre, parmi les éclats de mica. Il fait irrémédiablement partie de cette tourbe des gens qu'on voit dans le métro, pauvres et gris, les yeux éteints, les épaules courbées sous le poids d'une vie dont ils n'ont rien choisi, des gens qui se savent insignifiants, quantité négligeable, pauvre bétail humain attelé sous le joug... Le plus triste, c'est que malgré tout ces gens ont des enfants. C'est affreux, cela. Pour ses enfants au moins, il faudrait qu'un homme soit fort, intelligent, respecté. Un petit garçon ou une petite fille qui prononce le mot "papa" devrait être certain que Papa est un héros, un preux, et un père qui n'est pas capable d'apparaître ainsi aux yeux de ses enfants n'est pas digne d'être appelé Papa.

Posté par Impair à 12:06 - Les livres - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 avril 2011

Sébright

DSC_0036

 

 

Posté par Impair à 16:27 - Illustrer - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 21 avril 2011

Je voulais voir la guerre - Isabel Ellsen (extraits)


Débutant, on ne sait rien. On ne connaït pas les bonnes adresses, excepté la FNAC et le revendeur du coin de la rue qui développe les photos de vacances en une heure.

Bien sûr, j'aurais pu, j'aurais dû appeler un autre photographe pour demander.

Mais je suis d'un genre qu'on ne trouve qu'à cinq ou six milliards dans le monde : je fais des bêtises d'abord, je demande conseil ensuite.
Et puis, appeler pour dire quoi ? "J'ai envie de faire de la photo... Comment je fais ?"

D'ailleurs, je n'avais pas envie de faire de la photo, je voulais devenir photographe.

***

- T'es contente ?


J'ai haussé les épaules. Contente de quoi ? D'avoir vu un township en colère ? D'avoir fait des photos de femmes pleurant leurs fils ou leurs frères ?

- Ils t'ont vue. Ils ne t'ont pas tiré dessus cette fois-ci. La prochaine fois, ils le feront.

Il a répété :

- Ils le feront, et couverts par la loi, par-dessus le marché. On n'a pas le droit de photographier leurs véhicules ou la police en action. Pas le droit, d'accord ? Et ils ont le droit de te tirer dessus si tu ne respectes pas les lois. Ici, c'est comme ça.

J'ai fait, oh ça va, lâche-moi un peu, tu veux, c'est bien gentil de rester sur les hauteurs et shooter au 300 mm, c'est pas parce que t'as la trouille, c'est pas de la photo, ça, c'est pas de la photo....

Je pense encore aujourd'hui que si j'avais été un homme, Mark m'aurait laissé pour mort, la tête défoncée par ses rangers taille 45...
Au lieu de quoi, il s'est fait droit de tout le corps, rassemblant toute l'affection qu'il avait pour moi.

- Tu sais ce que c'est un bon photographe ? C'est un photographe vivant...

***


"Du noir et blanc... Alors tu seras une photographe encore plus pauvre que les photographes pauvres..." (Andy Hernandez)

Pour les magazines, la couleur est commerciale, le noir et blanc est de l'art.
Le noir et blanc est prétentieux, et ne peut donc s'appliquer aux news puisqu'il ne peut être que le résultat d'une réflexion intellectuelle.

Or, on demande à un photographe de news d'attraper la photo sur l'instant, sans réflexion.
Agir vite, à l'instinct, doit être la première qualité d'un photographe de news.
Ma décision, à l'époque, de passer au noir et blanc est aussi née d'un problème technique : je trouvais la couleur laide parce que mes couleurs étaient laides.
Et mes couleurs étaient laides parce que j'étais nulle en technique.
Et j'étais nulle en technique parce que je ne voyais pas en couleur.

***

Savoir se rapprocher, c'est une manière de ne plus avoir peur de la misère, de la maladie, la saleté, tout ce qu'il y a de plus laid pour l'être humain. C'est tendre une main. Même s'il y a un boîtier, donc une photo et peut-être un résultat financier pour le photographe.

N'empêche.
En se rapprochant, on apprend à regarder les yeux dans les yeux.

***

Depuis, j'entretiens des rapports épisodiques et passionnels avec la chance.
Je la prie, je la caresse dans le sens du poil, je la sens, l'appelle, la ménage et lui dis

Son Altesse.
Et comme toutes les histoires d'amour compliquées, la chance vient et repart avec des bouderies d'amant trompé.

Il y a des jours avec et des jours sans.
Il y a des photographes qui l'ont, et d'autres qui ne l'ont pas.
Dans ce cas, autant dire qu'il est préférable de changer de métier.

Posté par Impair à 20:20 - Les livres - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 10 avril 2011

Barb, mon nouvel ami

04_07_DSC_0403_barb

Posté par Impair à 20:56 - Illustrer - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 4 avril 2011

Ton moulin ton moulin ton moulin bat trop vite, ton moulin ton moulin ton moulin bat trop fort

A peine six jours dans ce restaurant, seulement la moitié avec une affluence correcte de début de saison.

J'appréhende déjà autant d'y retourner qu'à 12 ans lorsque j'allais au collège.

Très prometteur ce nouveau job.

Posté par Impair à 20:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 30 mars 2011

Je voulais très très fort être bibliothécaire. Puis je suis allée rencontrer les dindes de la médiathèque aujourd'hui.

Bonjour remise en question.

Ca me rappelle cette discussion avec Vahiné-psy. Elle ne voulait pas que je sois bibliothécaire, ou alors à la bibliothèque de France. Mais jamais à la médiathèque à scanner des codes barres.

Posté par Impair à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 15 mars 2011

Cantonales

Hier, pour le goûter j'ai reçu la propagande des cantonales et j'ai bien rigolé.

Je jette un oeil et vois "invertissement" sur la page, zut, j'ai de si grosses lacunes en vocabulaire ? Ah non, invertissement n'existe pas. Par conséquent, les "subventions pour les dépenses d'invertissement" non plus. Pas d'investissement pour les points en comic sans ms qui suivent.


Puis une "vague bleu marine". Hahaha, suivant.


"Le 20 Mars prochain, je serais à nouveau candidate pour être ..." Hop, conjugaison du verbe être, niveau CE1. La candidate du conditionnel. Suivant.


"Bla bla...bla bla bla...bla..." Les points de suspension ? Sont-ils sérieux ? J'avais cette mauvaise habitude à quinze ans, un professeur m'a dit stop "Tes points de suspension signifient que tu as des choses à dire mais que ton lecteur ne mérite pas de les connaitre ou que tu as la flemme de les exprimer". Oui monsieur.

"Nouveaux scandales d'Etat, remaniement ministériel... attaques contre le monde du travail, la justice, les valeurs de la République... Je pourrais dire avec Martine Degryse ça suffit et rien qu'avec ça, rien que pour ça, il y a de quoi se révolter et vouloir mettre un carton rouge à la droite au pouvoir et à toute cette droite locale qui la soutient..."' Quoi ?

"Blablablabla !!" Ah oui on peut doubler les points d'exclamation maintenant ? Comme dans une conversation sur msn quand on est vraiment indigné ? Suivant.


Ouhhhhhh l'abus de comic sans ms. Suivant.


"Ma priorité : travailler pour améliorer votre quotidien !" Quel parti ? Le papier ne le dit pas, tiens tiens, ça cache quelque chose.


"première manifestation anti-nucléaire", "il faut agir vite" ou "il est donc urgent de proposer des solutions". Bien, mais quelles solutions ? Ils les gardent bien secrètes.

Posté par Impair à 12:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 8 mars 2011

Le "Hé Mad'moiselle t'es bonne" est devenu "Hé Mad'moiselle j'kiffe votre chien !"

 

02_11_DSC_0008

 

03_02_DSC_0014_fruhling

 

03_07_DSC_0166_Fruhling

 

03_07_DSC_0216_Fruhling

Posté par Impair à 12:54 - Illustrer - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 26 février 2011

je, tu, il - je tue moi


Le jour, rien ne laisse penser à une fille déprimée. De l'appétit (mensonge, elle mange pour remplir le vide) et des sourires.
Pourtant certaines nuits il n'y a qu'un mot qui l'obsède : suicide. Seul le chat est témoin de ses larmes silencieuses.
Moins fort, plus rapide, plus condensé peut-être qu'il y a sept ans, personne ne sait que ça dure.

Elle se réveille, autre, sans l'ombre d'une trace trahissant l'épisode de crise.

L'encombrante dépression qui rongeait la fille et l'entourage s'est muée en petit démon ne s'en prenant plus qu'à elle.

Invisible à l'oeil nu.




Je viens de remplacer les 'je' par des 'elle', question d'identification.

Posté par Impair à 16:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 23 février 2011

Les fleurs ou la farine

Mon médecin dit que je suis instable.
Peut-être parce que j'oscille entre le CAP pâtissier, le DUT Information communication option métiers du livre, le BTS Tourisme, la formation de soigneur animalier...et puis j'aime bien les fleurs.

Posté par Impair à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'ai une chanson triste à partager

Ailleurs d'Orchester

(lien deezer)

Comme en 2000, j'ai recopié les paroles.

Mathilde est morte. Il y a bien longtemps
Elle flotte à la dérive. Toute vétue de blanc.
Un beau jour, elle ne s'est plus levée.
Trop étourdie, elle a juste oublié de respirer.
Mathilde a toujours été comme ça.
Impatiente. Et beaucoup trop pressée...

Marcus, lui est différent.
Il est celui qui a survécu à la fille qui rêvait de plus grand.
Et depuis Marcus pleure.
Mais veut rester solide.
Pour ne pas que Mathilde s'en veuille
Des mots laissés en partant

Je savais bien que ton coeur ne
se relèverait pas et que tu m'en
voudrais de n'être pas restée
pour toi. Mais montre moi que
j'ai eu tort Marcus ! Prouve-moi
que la vie c'est de l'or !
Je savais bien que ton coeur
mourrait en même temps que le
mien. Mais rassure toi selon la
loi il ne peut pas crever de froid

Je ne reviendrai pas Marcus c'est
comme ça ne m'en veux pas
ce monde n'était pas vraiment pour moi
Tu sais Marcus on ne peut pas forcer les gens
à aller de l'avant
quand ils n'ont plus rien
quand ils n'ont plus rien dans le sang

Mathilde & Marcus perdus dans le néant
Elle qui ne risque plus rien de pire
Et lui qui attend son retour de l'infiniment blanc

Marcus pleure toujours de ne pas avoir pu la retenir
Et Mathilde mange les vers à présent
Marcus a encore tant de choses à dire à la fille
qui dort maintenant

Tu savais bien que mon coeur ne
s'en relèverait pas et que je t'en
voudrais de n'être pas restée
pour moi. Je ne dis pas que t'as
eu tort Mathilde mais pour moi
ta vie était de l'or
Tu savais bien que mon coeur
mourrait en même temps que le
tien. Mais rassure toi selon la
loi il ne peut pas crever de froid
Tu ne reviendras Mathilde
c'est comme ça mais pour moi
ce monde ne pouvait être sans toi
Mathilde on peut toujours pousser
les gens à aller de l'avant même
quand ils n'ont plus rien dans
le sang

Posté par Impair à 08:30 - Musique - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février, date à chagrin

Les dix ans qu'il n'aura jamais

Posté par Impair à 05:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 16 février 2011

Au passé & à l'oral

J'aurais aimé être son amie.
Malheureusement nos langues se déliaient bien mieux dans sa bouche.

Posté par Impair à 05:51 - Les garçons - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 24 janvier 2011

Sans transition

DSC_0307_compresse

Hop, boule d'amour né le 19 novembre 2010.
Je lui ai donné un nom allemand, Frühling.

Posté par Impair à 08:59 - Illustrer - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 22 janvier 2011

Ô doux mois de janvier, nous ne serons jamais copains.

Posté par Impair à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]